immobilier marrakech

Lorsqu’on décide d’investir dans une résidence secondaire, on ne respecte pas toujours une logique de rentabilité. En effet, un bien immobilier sur le site https://lejournalimmobilier.wordpress.com/ secondaire implique de nombreuses charges pour une jouissance assez limitée du bien au final. De plus, dans le cadre d’une résidence secondaire, le propriétaire ne jouit pas des plus-values ni de l’ISF qui sont appliqués dans le cas d’un achat de résidence principale. Sur le plan financier, l’acquéreur s’engage à payer de nombreuses charges et dépenses qui impliquent des frais qu’il ne pourra pas récupérer à la revente. Ce sont les frais de notaire, d’agence, les travaux, etc. On compte également des charges régulières comme le remboursement du crédit immobilier, les charges d’eau et d’électricité, les charges d’entretien, d’eau, de gaz, les assurances, les impôts, etc. Le calcul peut être positif si le bien est mis en location saisonnière, quelques semaines par an. La règlementation autorise à louer son bien environ 120 jours par an.

Si votre investissement immobilier a été fait dans une région qui s’est développée avec le temps et qui est redevenue demandée, vous pouvez réaliser une plus-value en revendant votre bien. Attention toutefois aux variations dans le secteur immobilier. Les résidences secondaires dans les villes reculées subissent fortement les crises. Lorsque vous mettez votre bien secondaire en location, les loyers que vous percevez sont soumis à l’imposition pour les revenus fonciers pour un logement non meublé, et dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux pour un bien meublé. Le taux d’imposition sur les plus-values se situe autour de 19% après abattement. Cet abattement est de 6% chaque année, à partir de la sixième année.

À cela on ajoute les prélèvements sociaux à un taux de 15,5% après abattement selon la durée de détention du bien. Il faut également ajouter une taxe lorsque la plus-value immobilière se chiffre à plus de 50 000 euros. Lorsque vous possédez le bien depuis plus de 22 ans, vous êtes exonérés de l’impôt sur le revenu. Pour plus de 30 ans de possession, les prélèvements sociaux ne sont pas faits. La déclaration et le paiement de l’impôt sont faits par le notaire. Lorsque vous vous séparez du bien immobilier secondaire par une vente, le notaire fait un chèque équivalent au montant du prix de vente soustrait de l’impôt sur les plus-values immobilières. La résidence secondaire ne bénéficiant pas d’abattement sur l’impôt de solidarité sur à fortune, il faut compter sa valeur à 100% lors de la déclaration.

immobilier a Marrakech

Le secteur de l’immobilier à Marrakech comprend non seulement les logements à titre de résidence, mais aussi ceux destinés à la location saisonnière et commerciale. Nous prenons le cas de la ville de Marrakech parce qu’elle est celle-là plus fréquenté par les touristes et voyageurs du monde. D’ailleurs sur le site Airbnb dont nous parlerons ici, elle est classée comme deuxième ville la plus sollicitée en Afrique. Airbnb, puisqu’il s’agit de ce site, est une plateforme sur laquelle les particuliers postent des logements mis à la disposition des voyageurs à travers le monde. Ceux-ci ont accès au site gratuitement et peuvent réserver leur logement de vacances, à condition de reverser un pourcentage au site lors de l’aboutissement de la transaction. Cela est également valable pour les hôtes. Les professionnels du secteur touristique au Maroc plus particulièrement à Marrakech pensent que ce site http://salonsinternationauximmobilier.blogspot.com/ est une plateforme qui leur fait de l’ombre puisque les logements et les services proposés sont assez semblables à ceux des professionnels, mais ces établissements n’ont pas autant d’obligations que les établissements ayant un statut légal.

Pour les professionnels du secteur, il est important de recenser tous ceux qui font ce métier de manière informelle afin d’informer et de protéger autant la profession que les clients. Pour remédier à cette situation, et limiter le développement de telles plateformes, le ministère du Tourisme a mis sur pied un ensemble de procédures légales et juridiques. La loi 80-14 concernant le statut des établissements touristiques et autres formes d’hébergement touristique est le texte phare de cette nouvelle orientation. Cette loi a été adoptée depuis 2014 et s’inscrit dans le cadre de la vision stratégique du tourisme au Maroc « Vision 2020 ». L’objectif principal est d’améliorer la qualité et la compétitivité des prestations proposées par les différents établissements. Il est également question d’adapter l’offre nationale aux normes et standards internationaux en adoptant et adaptant les meilleures pratiques dans le domaine. L’intérêt étant d’apporter satisfaction aux clients sur les plans de la sécurité, l’hygiène, la qualité et même le développement durable des biens immobiliers touristiques à Marrakech.

La loi 80-14 a également pour objectif l’amélioration de la visibilité en utilisant le système de classement des hôtels et en l’adaptant aux différentes formes d’hébergement touristique. Cette loi assure une couverture aux structures traditionnelles et permet de se servir du système de classement hôtelier conventionnel pour l’adapter à l’immobilier à Marrakech, comme la casbah, le Riad, etc. selon l’article 30 de la loi 80-14, l’exploitation de l’hébergement chez l’habitant, un peu comme les usagers de Airbnb le font, nécessite de jouir d’une autorisation accompagnée d’un cahier de charges. Le même article précise que les modalités de délivrance de l’autorisation d’exploitation, le modèle de cahier de charges et la durée de validité de l’autorisation d’exploitation sont des informations réglementées. L’hébergeur a l’obligation de respecter des normes de sécurité, d’hygiène et d’environnement. Il doit également être titulaire d’une assurance contre les risques de sinistres tels les incendies, les vols et la responsabilité civile. Dans le cadre de cette loi, des audits faits à l’improviste par des clients-mystères sont à l’ordre du jour, afin de s’assurer que tout est fait selon le règlement.

achat de bien immobilier à Marrakech

Marrakech est une ville charmante, accueillante et ensoleillée plus de 300 jours par an aux portes de l’Europe. Une destination de choix pour les voyageurs de passage comme pour les investisseurs qui souhaitent trouver une résidence secondaire sous le soleil ou une résidence principale pour commencer une nouvelle vie loin de la grisaille européenne. Quelles sont les raisons qui poussent les investisseurs à investir sur le marché de l’immobilier à Marrakech ? Quelques éléments de réponse pour mieux comprendre sur le site Atlas Immobilier http://www.atlasimmobilier.com/ .

Investir le marché immobilier de Marrakech !

Le marché de l’immobilier au Maroc a connu un essor important dès le début des années 2000. Les autorités marocaines ont mis en œuvre une vaste opération de séduction pour faire venir les investisseurs du monde entier et notamment les européens, français et autres qui sont à deux pas de là ! La proximité avec l’Europe est un des facteurs importants pour les investisseurs. En moins de trois heures d’avion, ils peuvent se rendre à Marrakech pour un weekend ou un séjour un peu plus loin. La proximité permet une multitude de possibilités contrairement à d’autres pays étrangers beaucoup plus lointains.
La proximité n’explique pas tout. Les prix attractifs des biens immobiliers à Marrakech permettent aussi aux investisseurs de se décider plus rapidement et de pouvoir devenir propriétaires en peu de temps. Pour le prix d’un studio à Paris dans un quartier médiocre, ils peuvent s’offrir un vaste appartement au standing en plein cœur du quartier de Guéliz ou une villa dans un quartier résidentiel comme celui de Targa ou de la Palmeraie. Que demander de plus ?
La fiscalité au Maroc pour les investisseurs étrangers est également très attrayante. Le Maroc a signé de nombreuses conventions avec la France pour éviter la double-imposition des résidents. En déclarant un bien immobilier à Marrakech en tant que résidence principale, l’investisseur bénéficie également du régime fiscal marocain avec un premier abattement de 40% puis 80% sur la pension transférée au Maroc pour les retraités. Une bonne affaire que certains investisseurs se sont empressés de profiter.
Malgré la crise économique qui a touché l’ensemble des économiques du monde, le secteur immobilier à Marrakech retrouve des couleurs depuis plusieurs mois. Après une baisse de 25% des prix du mètre carré dans certains quartiers, les affaires reprennent avec un peu moins d’investisseurs étrangers mais encore plus de bonnes affaires à faire pour ceux qui décident de tenter cette grande aventure à Marrakech !
Bonne recherche et bon investissement à tous sur le marché immobilier à Marrakech.

vente riad à Marrakech

Le secteur immobilier à Marrakech avec l’agence ChicRiad, et dans tout le pays en général, bouge beaucoup depuis quelques années. Une chose est sûre, les constructions vont bon train et cela concerne directement un secteur bien précis : celui des Bâtiments et Travaux Publics (BTP). En fait, dès fin août 2002, les ventes de ciment ont augmenté de plus de 6% pour atteindre les 5,61 millions de tonnes, ce qui prouve à suffisance que le secteur se porte bien. Et les choses ont continué sur la même lancée puisqu’entre 2004 et 2007, les entreprises marocaines, grâce au contrat-programme, ont pu s’épanouir, enregistrer des bénéfices et même décrocher des marchés internationaux. Mais sur ce point, les entreprises membres de la Fédération nationale du BTP ont mailles à partir avec les firmes étrangères qui ne leur mâchent pas le travail, cassent les prix, déstructurent le marché, et pire, entraînent des pertes d’argent et de temps non négligeables. Pour palier à ces manquements, les entreprises nationales ont du se surcharger, en terme d’activité, ce qui aurait pu nuire gravement à leurs performances, d’autant plus qu’elles sont tout aussi qualifiées que les entreprises étrangères.
Alors au lieu de se tourner vers des prestataires étrangers, pourquoi ne pas regarder juste à côté ? C’est sans doute dans cette direction que les réflexions sont allées puisqu’avec le boom immobilier et le démarrage des grands chantiers du Royaume, le secteur des BTP a fait un bon de 12% en glissement annuel en 2007 ; la hausse d’activité s’est traduite par une augmentation de 6,9% du personnel, et un accroissement de 12% des ventes de ciment.
Mais trêve de blabla historique : qu’en est-il du secteur des BTP aujourd’hui ? Et bien, les choses semblent garder le cap puisque ce secteur ainsi que celui des mines et de l’industrie manufacturière, ont vue leur activité évoluer favorablement au cours du deuxième trimestre de cette année. En effet, selon une enquête effectuée par le Haut Commissariat au Plan (HCP) en ce qui concerne les résultats du 2ème trimestre et les prévisions pour le 3ème trimestre, 41% des chefs d’entreprises ont déclaré une amplification de leur activité, 44% un statut quo et 15% seulement une régression. Cette évolution serait la conclusion d’un progrès dans la dynamique des TP qui affichent au compteur + 47%, 42% de stabilité, et  11%, et dans celle du bâtiment avec 33% de hausse, 46% de stabilité et 21% de baisse. Par ailleurs, l’augmentation de la production des minéraux non métalliques a permis aux mines d’ajouter leur pierre à l’édifice tandis que le secteur de l’énergie enregistre une baisse qui s’explique par l’affaiblissement de la production de pétrole raffiné.
Dans l’ensemble, les chefs d’entreprises se sont dits satisfaits du nombre de commande pour le 2è trimestre de cette année bien qu’il y ait des mécontents dans les rangs des industriels de transformation et quelques uns dans celui des BTP. Il faut aussi noter que la capacité productive des entreprises, durant la période échantillon, n’a pas été complètement mise à contribution dans l’ensemble des secteurs.
Reste à espérer que les choses continuent à aller de l’avant pour que le développement économique du Maroc reste sur sa vague évolutive.

vente villa à Marrakech au Maroc

Trouver un bien immobilier luxueux à petits prix c’est le rêve ultime de tous les futurs investisseurs. Difficile de concilier luxe et petits prix à toutes les sauces et notamment sur le secteur de l’immobilier mais rien n’est impossible et l’agence Côté Médina vous offre l’opportunité d’acquérir un bien de qualité à des prix défiants toute concurrence, bien plus bas que dans les grandes capitales européennes. Pour le prix d’un petit studio à Paris, vous pourrez vous offrir une villa avec piscine dans un quartier huppé de la ville ou un ancien palais des mille et une nuits au cœur de la médina.

Marrakech est une destination bien connue des touristes du monde entier. Certains font même des milliers de kilomètres d’Asie ou d’Amérique pour découvrir ses charmes et sa beauté enivrante le temps de quelques jours. La ville ocre a un pouvoir d’attraction que peu de villes dans le monde dispose. Vous viendrez sans doute un peu par hasard à Marrakech pour la première fois mais vous y reviendrez par amour. Certains voyageurs se laissent enivrer et envahir par la douceur de vivre, l’accueil chaleureux des habitants et sa beauté naturelle qui émane de la médina. Ils n’en repartent jamais et commencent une nouvelle vie. Pas besoin d’en arriver jusque-là pour investir sur le marché de l’immobilier à Marrakech. Quelques semaines de vacances par an peuvent vous suffire pour vous laisser tenter par cet investissement quasi-impossible pour la plupart d’entre nous en France comme en Europe.

Investir à Marrakech !

villa de préstige à Marrakech

Marrakech est l’une des premières destinations pour investir dans l’immobilier au Maroc. La ville sait parfaitement mettre ses atouts en avant et les années qui passent ne font pas faiblir l’intérêt qu’elle suscite à travers le monde. Ses nombreuses facettes séduisent le plus grand nombre. Elle a un côté authentique et traditionnelle mais elle est aussi une place importante pour la Jetset et le monde de la nuit où il fait bon faire la fête pour se faire voir et être vu ! Néanmoins, Rome ne s’est pas faite en un jour, investir sur le marché de l’immobilier à Marrakech non plus. Contrairement à ce que les investisseurs étrangers peuvent penser il ne suffit pas d’arriver avec son sac d’argent liquide, de choisir un bien pour qu’il soit à vous. Il a quelques formalité à régler et quelques démarches administratives à faire avant de pouvoir enfin être propriétaire d’un appartement de luxe ou d’une villa haut de gamme à Marrakech.

La première étape si vous souhaitez investir dans le pays est d’ouvrir un compte bancaire en dirhams convertibles dans une de nombreuses succursales des banques du pays. Ce compte bancaire vous permettra après que vous ayez trouver le bien de vos rêves de pouvoir faire le ou les versements indispensables depuis votre pays d’origine. C’est la toute première étape avant de devenir propriétaire au Maroc pour un investisseur étranger. Comme dans tous les autres pays du monde, les mouvements de fonds sont réglementés et sont assujettis aux taxes et aux impôts en vigueur. L’agent immobilier que vous choisissez ou l’agent d’affaires doivent vous en informer avant de commencer les démarches. Vous pouvez également faire directement appel à un notaire local ou un avocat spécialisé en droit immobilier pour vous aider dans ces démarches. Un coût supplémentaire qui vous permet de ne pas tomber dans certains travers ou arnaques en tout genre très fréquentes sur le marché des biens immobiliers. Quand vous choisissez d’investir dans un bien, vérifiez que celui-ci est bien titré et référencé au cadastre comme le veut la loi sans se titrage vous serez bloqué et votre investissement deviendra vite un fardeau.

A l’image de la ville, le marché de l’immobilier à Marrakech est très éclectique, très varié. La ville a su prendre ses marques sur marché de l’immobilier haut de gamme à destination des investisseurs étrangers. De nombreux complexes touristiques et hôteliers sont sortis de terre avec piscines, golfs,… d’autres sont en cours de développement. Si vous souhaitez investir dans un petit appartement de charme dans le quartier de Guéliz ou de l’Hivernage pour passer vos vacances, comptez une moyenne de 100 000 euros. Si vous êtes plutôt à la recherche d’une villa de prestige ou d’un riad rénové, votre budget devra s’adapter en conséquence. Les prix des biens à Marrakech ont connu une baisse moyenne de 25% au cours des dernières années. La flambée des prix a été stoppée et si vous êtes habile lors de la négociation vous pourrez obtenir une remise substantielle.

Pour conclure, investir à Marrakech reste un bon plan pour les investisseurs étrangers qui souhaitent s’offrir un pied à terre sous le soleil de la ville ocre. Depuis quelques mois, les prix ont baissé et les marges de négociation sont importantes ce qui permet de s’offrir un bien luxueux, haut de gamme à des prix défiants toute concurrence. Les prix des biens varient en fonction du quartier que vous choisissez. Certains quartiers comme l’Hivernage, Targa ou encore la Palmeraie sont des quartiers haut de gamme où les prix des biens sont élevés mais raisonnables pour du haut voire du très haut standing en comparaison avec les prix de l’Europe et du reste du monde. Pour bien investir, il faut savoir se faire bien conseiller par des professionnels reconnus de Marrakech.