immobilier marrakech

Lorsqu’on décide d’investir dans une résidence secondaire, on ne respecte pas toujours une logique de rentabilité. En effet, un bien immobilier sur le site https://lejournalimmobilier.wordpress.com/ secondaire implique de nombreuses charges pour une jouissance assez limitée du bien au final. De plus, dans le cadre d’une résidence secondaire, le propriétaire ne jouit pas des plus-values ni de l’ISF qui sont appliqués dans le cas d’un achat de résidence principale. Sur le plan financier, l’acquéreur s’engage à payer de nombreuses charges et dépenses qui impliquent des frais qu’il ne pourra pas récupérer à la revente. Ce sont les frais de notaire, d’agence, les travaux, etc. On compte également des charges régulières comme le remboursement du crédit immobilier, les charges d’eau et d’électricité, les charges d’entretien, d’eau, de gaz, les assurances, les impôts, etc. Le calcul peut être positif si le bien est mis en location saisonnière, quelques semaines par an. La règlementation autorise à louer son bien environ 120 jours par an.

Si votre investissement immobilier a été fait dans une région qui s’est développée avec le temps et qui est redevenue demandée, vous pouvez réaliser une plus-value en revendant votre bien. Attention toutefois aux variations dans le secteur immobilier. Les résidences secondaires dans les villes reculées subissent fortement les crises. Lorsque vous mettez votre bien secondaire en location, les loyers que vous percevez sont soumis à l’imposition pour les revenus fonciers pour un logement non meublé, et dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux pour un bien meublé. Le taux d’imposition sur les plus-values se situe autour de 19% après abattement. Cet abattement est de 6% chaque année, à partir de la sixième année.

À cela on ajoute les prélèvements sociaux à un taux de 15,5% après abattement selon la durée de détention du bien. Il faut également ajouter une taxe lorsque la plus-value immobilière se chiffre à plus de 50 000 euros. Lorsque vous possédez le bien depuis plus de 22 ans, vous êtes exonérés de l’impôt sur le revenu. Pour plus de 30 ans de possession, les prélèvements sociaux ne sont pas faits. La déclaration et le paiement de l’impôt sont faits par le notaire. Lorsque vous vous séparez du bien immobilier secondaire par une vente, le notaire fait un chèque équivalent au montant du prix de vente soustrait de l’impôt sur les plus-values immobilières. La résidence secondaire ne bénéficiant pas d’abattement sur l’impôt de solidarité sur à fortune, il faut compter sa valeur à 100% lors de la déclaration.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Post Navigation